POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

lundi 17 juillet 2017

Macron, humilié par Melania Trump

Le couac de Melania Trump atteint Emmanuel Macron à l'intime

La première dame américaine a tenu à remercier Emmanuel Macron sur Twitter

Brigitte n'a plus l'âge d'être députée novice REM
(à eux deux, Donald et Melania étaient aux couleurs américaines...) 
L
first lady ou son équipe de communication s'est égarée en voulant sacrifié aux usages de courtoisie. Elle se devait certes de remercier pour les égards que le nouveau chef de l'Etat français lui a témoigné en grande pompe, lors de la visite du couple américain à l'occasion du 14 Juillet 2017, mais elle a commis une erreur sur la personne. Elle s'est en effet adressée à "Emanuelle Macron". En langue de bois, sans enthousiasme débordant, mais surtout en langue de vipère.

Ainsi aurait-elle pris la conjointe pour la souveraine de la République hexagonale. L'omniprésence vibrionnante de la sexagénaire aux bras flétris, la tête dans les épaules et le dos voûté  lui aurait donc donné à croire qui c'est elle qui porte le pantalon de  président et que l'Etat, c'est elle.
  
La Maison blanche a en fait remercié un compte parodique d'opposition au président français, dédié à Macron, mais au féminin avec 'Emmanuel' écrit "LLE" et aussi un M en moins. 


On y découvre des hashtags peu élogieux consacrés au président français.
Car les réseaux ne sont pas dépendants des aides gouvernementales à la presse: ils n'ont à craindre que la censure... 
Et la double peine. Les lecteurs de la presse numérique sont des contribuables directs solidaires, mais participent aussi indirectement au versement de 400 millions d'euros d'aides versés à la presse écrite. Avec plus de 16 millions d'euros, Le Monde était le second de la liste des journaux entretenus par le pouvoir en 2013, Télérama (même groupe), 6e, devant Libération (9,8 millions) suivi de L'Obs (8,3). Ils seraient bien ingrats de ne pas être "élogieux"! A l'instar de L'Humanité (10e) qui coûte 6.9 millions d'euros  aux contribuables.
Cette presse assistée ose néanmoins limiter l'accès gratuit à ses articles - bien qu'un bon nombre d'entre eux ne soient rien d'autre que des articles remaniés ou des dépêches copiées-collées de l'AFP - et impose la suppression des "adblockers', car le droit des Français à l'information - confisqués par quelques grands patrons multi-millionnaires de presse - s'arrête là où commence la liberté de la presse, c'est-à-dire à la source et au secret des sources.
L'éloge paraît naturel à la presse "libre et indépendante" et son "élite" obséquieuse s'indigne que les réseaux s'enflamment sur les espaces de liberté qui leur restent. Ce n'est donc pas Le Monde "Pas complice de Macron, Macron démission, Anti-Macron, Macron dégage, Macron pas mon Président, ...". 

Une erreur regrettable repérée notamment par le site de BFMTV qui s'est - librement - empressé de signaler une version de rattrapage, dans l'heure qui a suivi. 
Le même message avait été à nouveau posté, mais cette fois adressé au compte Twitter officiel du 'real' Emmanuel Macron. "Merci à Emma­nuel Macron et aux Pari­siens pour votre hospi­ta­lité. Donald Trump et moi avons adoré notre visite", a écrit sur Twitter Melania Trump.

Le souverain républicain n'a pas appris la galanterie à la française.
On aura en effet observé que l'accompagnateur de Brigitte n'a pas pratiqué le baise-main.  

 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):